Eglise Saint-Quentin de Villers-Plouich

Cette église est réalisée par Pierre Leprince-Ringuet entre 1924 et 1930. S'y retrouvent les caractéristiques stylistiques du grand architecte.

Entre 1924 et 1930 / Architecte: Pierre Leprince-Ringuet
Le 14 août 1922, Pierre Leprince-Ringuet, architecte des Beaux-arts, ancien prix de Rome, présente à la commune de Villers-Plouich le plan d'une nouvelle église néo-romane pour remplacer l'église de 1824, détruite en 1917. Etabli à l'emplacement de l'ancienne église, l'édifice construit entre 1924 et 1930 profite de la collaboration d'artistes renommés : la mosaïque est posée sur les colonnes par Cristofoli de Cambrai, les travaux de sculpture sont réalisés par Marcel Gaumont, les fonts baptismaux et les deux bénitiers sont dus à Laurent Goblet, les vitraux de de la rosace principale de l'église de Dutoit de Cambrai. Les huit autres vitraux de l'église sont l'oeuvre de Vaganay de Cambrai. Le clocher est en forme d'obus. Marcel Gaumont (1880 - 1962), prix de Rome 1908, collabore avec son ami architecte Pierre LePrince- Ringuet à la construction de l'église en 1927 et 1928. C'est le 18 Juin 1928 qu'il est choisi pour orner la façade de l'édifice d'un bas-relief composé du Christ et de son entourage. C'est finalement une scène de la Crucifixion qui est privilégiée. Dès 1164, Quentin, Saint patron des Vermandois, est aussi le patron des paroisses de Gouzeaucourt et de Villers-Plouich. Lors de la reconstruction de l'église, les paroissiens émettent le voeu d'obtenir un vitrail représentant leur saint patron. Le saint adopte l'attitude du contrapposto, le pied gauche en retrait et le genou gauche fléchi. Quentin laisse retomber son bras et sa main gauche le long de son corps. Tandis qu'il replie son bras droit sur sa poitrine, sa main tient délicatement une fleur. Avec son cou élancé, la tête nimbée, légèrement penchée sur la gauche, le saint exprime la contrition, les yeux levés vers le ciel. A ses pied reposent sur sa droite un casque et devant lui, une épée. Il est vêtu de hautes chausses en cuir rougeâtre, d'une longue tunique verte et d'une cape pourpre nouée sur l'épaule gauche et descendant à l'arrière jusqu'au sol. Derrière le saint semble esquisser un monticule rocailleux. Son nimbe rouge, blanc et or semble rayonner à l'arrière de son corps. son nom est écrit sous es pieds: "saint Quentin".